Publié dans Non classé

Les tendances de l’immobilier à Marrakech et au Maroc au deuxième trimestre 2016

agence-immobilier-marrakech-06

Pour le moment les ventes immobilières semblent s’être immobilisées au Maroc, voilà le constat qui a été fait par de nombreux observateurs pour les sept premiers mois de l’année 2016. Selon une analyse de l’indice d’évolution des prix des logements dans les villes marocaines, cette reprise pourrait être effective. Même si l’été est une période pendant laquelle les locations augmentent, les ventes n’en diminuent pas pour autant, bien au contraire elles augmentent. De façon globale les prix se stabilisent quand on observe les différentes villes, et au mètre carré ces prix ont évolué depuis fin juillet. La tendance à la hausse est confirmée dans les plus grandes villes du territoire marocain comme Casablanca, Fès, Rabat ou encore Tanger. Par contre à Tanger on observe une baisse des prix. Le même constate peut être fait dans le secteur immobilier à Marrakech. Cette stabilité observée n’a pas empêché que la demande en logements locatifs soit toujours supérieure à la demande en appartements à vendre. Les villes d’Agadir et Cabo Négro affichent une hausse des locations surtout venant des Marocains résidant à l’étranger.

Au-delà de l’immobilier à Marrakech, essayons de détailler les phénomènes qui ont été observés dans les autres villes durant le mois de juillet 2016. Dans la ville de Fès, l’augmentation des prix de vente observée est la plus élevée du pays, le prix au mètre carré a augmenté d’environ 5,55% chaque mois. En juin 2016 le mètre carré de logement à Fès coutait environ 6 052 dirhams, en juillet il était de 6 388 dirhams. La plupart des quartiers de la ville ont suivi la même tendance. Prenons par exemple le cas du quartier Saada qui affichait un prix de vente de 5 032 dirhams en juillet 2016 alors que l’on y retrouvait le mètre carré à 4 498 dirhams un mois plutôt. Une augmentation de 2,11%. Au quartier Bensouda, le mètre carré se situait en juillet autour de 4 573 dirhams, soit une augmentation de 1,67%. Pendant ce temps au quartier Narjis, le mètre carré coutait environ 5 282 dirhams en juillet, soit une augmentation de 0,84% en comparaison au mois de juin 2016.

Dans la ville de Casablanca, on observe une hausse qui s’élève à environ 0,82% du prix par mètre carré. C’est une tendance bien différente de celle observée sur les biens immobiliers à Marrakech. En juillet 2016, on trouvait donc un mètre carré autour de 16 307 dirhams à Casablanca. Sidi Moumen est le quartier où on observe la plus grande augmentation de prix au mètre carré. Les appartements ont connu un prix de vente qui a augmenté d’environ 26,33% en comparaison aux prix en juin 2016. Les prix sont passés de 3 938 dirhams à 4 975 dirhams. Dans le quartier Hay Mohammedi, la hausse du mètre carré se chiffre à 6,41% pour aboutir à un prix approximatif de 10 117 dirhams. Des augmentations de prix qui montrent bien que le secteur de l’immobilier marocain est en pleine ébullition et que la reprise est bel et bien en marche.

Publié dans Non classé

Le fonds Damane Assakane au secours des acquéreurs de biens immobiliers à Marrakech

Marrakech

L’année 2016 semble être une bonne année pour le Fonds Damane Assakane et bien sûr pour tous ceux qui bénéficient de ses prestations. En effet, au premier trimestre 2016 l’activité a fait un bon avec plus de 9% en volume et en bénéficiaires, plus qu’en 2015 où l’activité a connu une baisse. Précisons que 9% correspondent pour cette activité à environ 1 milliard de dirhams. Le Fonds Damane Assakane regroupe les produits, Fogaloge qui est destiné à la classe moyenne et Fogarim qui est destiné à garantir les prêts au logement souscrits par les populations à faibles revenus ou à revenus irréguliers. Ce sont donc 5 361 personnes qui ont pu bénéficier de cette enveloppe de crédit s’élevant à 1 milliard de dirhams, alors qu’à la même période en 2015, 900 millions ont été consacrés à 4 901 bénéficiaires. S’agissant de Fogarim, la tendance était à la hausse pour cette activité qui a regroupé la somme de 633 millions de dirhams à destination de 3 861 bénéficiaires qui ont ainsi pu s’offrir un bien immobilier à Marrakech ou ailleurs sur le territoire marocain, ce qui correspond à une hausse d’environ 11% en comparaison à la même période en 2015.

Les statistiques du Fonds Damane Assakane

En ce qui concerne l’activité de Fogaloge au premier trimestre 2016, l’activité a également connu une hausse avec un montant global de 376 millions de dirhams. Ceci correspond à une progression d’environ 5% en comparaison au premier trimestre de l’année 2015. Au total ce sont 1 500 foyers qui ont pu acquérir des biens immobiliers à Marrakech, soit 4% en volume et en bénéficiaires, en plus qu’à la même période en 2015. Il est important de préciser que l’année 2015 a été une année record pour le Fonds Damane Assakane qui a affiché des chiffres record, juste après ses performances observées en 2014, depuis le début de ses activités en 2004. Au total l’année 2015 a vu 20 026 foyers profiter des prestations du fonds, alors que ce chiffre était de 22 743 en 2014, pour un total de 3, 79 milliards de dirhams en 2015 et 2,35 milliards de dirhams en 2014.

Si on considère les performances du Fonds Damane Assakane par produit, on se rend compte que Fogarim a enregistré une baisse d’environ 16% en 2015 en comparaison à l’année 2014, en se chiffrant à 2,33 milliards de dirhams. Toujours pour l’année 2015, le nombre de bénéficiaires de Fogarim est passé à 14 350 ménages, 15% en moins qu’en 2014. Par contre Fogaloge a permis à 5 676 foyers de financer un bien immobilier à Marrakech ou ailleurs, maintenant ainsi le même niveau d’activité qu’en 2014, se chiffrant à environ 1,46 milliard de dirhams. Ces chiffres montrent que si le Fonds Damane Assakane continue sur la même lancée pour le reste de l’année 2016, il risque de battre un nouveau record et de satisfaire encore plus de bénéficiaires. Autant d’éléments qui prouvent que l’activité immobilière au Maroc tend à se développer afin que plus de ménages et de personnes puissent bénéficier d’un logement sur le territoire marocain.

Publié dans Immobilier International

Le double effet de l’été et du ramadan sur l’immobilier à Marrakech et au Maroc

immobilier Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech a connu quelques mouvements dans ses prix, durant le mois de juin 2016. En effet, les prix des appartements dans la cité ocre ont augmenté en comparaison au mois précédent, avec le mètre carré à environ 14 372 dirhams, soit une progression de 2,12%. Cette période coïncidait avec le mois sacré du ramadan. Il est de notoriété publique que le mois de ramadan est synonyme de consommation accrue, et cela sur tous les plans, encore plus lorsque cette période coïncide avec la saison estivale, saison pendant laquelle les Marocains résidant à l’étranger reviennent au Maroc. Le retour des MRE comme on les appelle couramment, a un effet positif sur l’ensemble de l’économie locale surtout en matière de transfert de fonds et aussi sur le développement du secteur touristique. Le secteur immobilier profite également de l’arrivée des MRE qui font croître les transactions locatives, mais aussi les acquisitions. Les dernières études prouvent que cette tendance s’est confirmée cette année encore. On a constaté une relance du marché au mois de juin 2016 grâce à l’arrivée des MRE, selon les analystes les MRE sont nombreux à venir investir au Maroc soit pour eux-mêmes soit pour les membres de leurs familles restés au Maroc. Avec le ramadan qui a eu lieu pendant la période estivale, le secteur immobilier a été stabilisé par une légère augmentation des prix de vente, surtout ceux des appartements à l’échelle nationale.

La tendance à la hausse des prix des appartements est encore plus flagrante dans les villes marocaines à fort potentiel touristique, la principale raison étant la demande qui y est plus forte. Le secteur immobilier à Marrakech est sans aucun doute celui qui a le plus profité de cette situation d’été couplé au ramadan. Le prix des appartements dans la cité ocre a fortement augmenté en comparaison au mois de mai 2016. La tendance est la même, mais la progression est différente en fonction des quartiers. Dans le quartier Guéliz par exemple, la hausse s’élevait à 17,39%, pendant qu’au quartier Majorelle elle était de 9,70%. À Mhamid les prix des appartements ont également connu une variation à la hausse d’environ 5,12% le mètre carré. L’un des quartiers qui font l’exception est celui d’Amelkis où les prix ont baissé de 15,58%. La ville de Rabat a suivi la même tendance que celle de Marrakech avec une hausse des prix.

La hausse n’est pas aussi forte à Rabat que dans le secteur immobilier à Marrakech, elle est d’environ 0,99% par rapport au mois de mai dans la capitale administrative. Cette hausse est justifiée par le fait que le quartier Océan à lui seul enregistre une hausse de 8,53%, le prix du mètre carré y est passé de 10 504 dirhams au mois de mai à 11 400 dirhams au mois de juin. Le quartier Hassan n’est pas en reste avec une augmentation de 2,53%, et le quartier d’Agdal affiche une progression des prix à hauteur de 1,58%. La ville de Tanger également affiche une légère hausse des prix des appartements.