Publié dans Non classé

Le marché immobilier à Marrakech et au Maroc continue de subir la crise

agence-immobilier-marrakech-06

Depuis 2017 on observe que les transactions qui concernent les biens résidentiels au Maroc continuent de diminuer. Le secteur continue de progresser de façon aléatoire, des fois l’activité augmente, des fois elle baisse, avec des variations selon les villes. Le secteur immobilier à Marrakech n’a pas le même comportement que le secteur immobilier à Casablanca par exemple. L’une des explications au recul du nombre de transactions est la flambée des prix des biens. La forte présence des Marocains résidents à l’étranger contribue à développer le marché n’a pas changé grand-chose à la situation. Le secteur immobilier reste en perte de vitesse depuis le début de l’année 2018. Au premier trimestre on a enregistré une baisse de 3% dans les transactions en général. Au deuxième trimestre 2018, la Bank Al-Maghrib annonce une baisse de 4,4% dans les transactions liées aux biens résidentiels. Chacun des segments du secteur ayant son attitude propre, mais toutes les transactions dans tous les segments sont en baisse.

En 2017, la baisse concernant les logements s’élevait à environ 8,7%. On note précisément un ralentissement dans les segments moyen et haut de gamme. Cette baisse d’activités en est au point où certaines études de notaire risquent de mettre la clé sous le paillasson. Le segment des biens immobiliers sociaux se porte un peu mieux que les autres segments de l’immobilier à Marrakech et du Maroc en général, même s’il montre aussi quelques signes de fatigue. Les biens les plus échangés dans l’immobilier au Maroc sont les appartements, ce segment affiche tout de même un ralentissement de 5,5% entre les mois d’avril et juin 2018, alors que cette baisse était de 3,1% au premier trimestre de la même année.

amphora-immobilier-4

Les investissements sont principalement ralentis à cause des inquiétudes des ménages quant à leurs revenus et leur pouvoir d’achat. La faible croissance que l’on observe actuellement au Maroc pousse les investisseurs à reporter leurs transactions. De même les organismes de financement accordent de moins en moins de crédit depuis plusieurs mois. Au total, ce sont environ 71 000 prêts que les investisseurs ont reçus pour faire des acquisitions de biens immobiliers à Marrakech et au Maroc. On a donc affaire à une baisse de 13% en comparaison à la même période il y a trois ans. Le comportement des acheteurs est influencé par d’autres facteurs importants comme le prix des biens qui influence fortement. La hausse des prix de ces biens n’encourage pas les acheteurs même si les taux d’intérêt étaient assez favorables, à hauteur de 4,81% en 2017. Dans la ville de Casablanca, l’ensemble des transactions est en baisse en glissement annuel, par contre elles sont en hausse de 15,6% en comparaison au premier trimestre 2018, ce qui montre bien les écarts entre les différentes villes.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s